Un peu d'histoire

Le Cours Lumière est un établissement scolaire du second degré qui propose le programme français (de la petite section de maternelle à la terminale) . Notre ambition, depuis 2002 année de sa création est de bâtir un établissement qui se situe aux standards internationaux. Les résultats aux baccalauréats ces dernières années montrent que c’est un pari réussi.

Les Cours Lumière ont débuté leur activité en 2001 par l’ouverture d’un centre d’initiation scientifique. Ce centre intervenait dans les écoles primaires en proposant des manipulations scientifiques selon la méthodologie de « La main à la pâte » développée par le professeur Georges Charpak.

A la suite de ces interventions, certains parents ont proposé à Aimée Mino-Matot directrice du centre de créer un collège qui utiliserait des méthodes pédagogiques similaires. Le projet « Cours Lumière » est né de cette attente et le collège a effectué sa première rentrée pour l’année scolaire 2002/2003 en proposant les classes de 6ème et 5ème pour les programmes Togolais et Français.

Nos objectifs généraux étaient et sont toujours d’atteindre ceux visés par les systèmes internationaux d’éducation à savoir :

  • amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une part active dans la vie économique, sociale et culturelle ;
  • préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures ; Une démarche pédagogique et éducative sur quatre principes
  • Proposer simultanément deux programmes : le programme Togolais et le programme Français. La présence de deux programmes dans les collège et lycée participe à l’ouverture des élèves et des professeurs. Les cultures Togolaise et Française s’interrogent au quotidien (le rapport au temps, au savoir, à l’autorité…). Ce dialogue prépare de manière concrète les élèves à prendre des repères et avoir une approche agile au monde qui se construit.
  • Développer la capacité à apprendre tout au long de la vie : la capacité à apprendre et à appliquer/intégrer en permanence de nouvelles connaissances et compétences n’a jamais été aussi essentielle. Les élèves doivent devenir des apprenants autonomes, notamment parce qu’ils se préparent à des emplois qui n’existent pas encore, à utiliser des technologies qui n’ont pas encore été inventées et donc à résoudre des problèmes qui n’ont pas encore été identifies. L’apprentissage tout au long de la vie est indispensable afin que chaque citoyen puisse accéder aux ressources et soutien nécessaires pour acquérir les connaissances et les compétences dont il a besoin. La capacité à apprendre tout au long de la vie est fondamentale pour développer la compétence d’adaptation, c’est-à-dire la capacité à appliquer des connaissances et des compétences acquises de manière signifiante avec souplesse et créativité en fonction des situations rencontrées. L’apprentissage tout au long de la vie est essentiel dans un monde qui évolue en permanence et impose de meilleures aptitudes cognitives.
  • Privilégier la démarche scientifique et plus globalement les démarches d’investigation par la rigueur du raisonnement qu’elle exige dans l’observation et l’expérimentation, cette démarche est un outil qui permet à l’élève d’approfondir sa compréhension des objets et des phénomènes qui l’entourent, développer sa curiosité, sa créativité, son esprit critique, un intérêt pour le progrès scientifique et technique mais aussi les changements induits par l’activité humaine sur l’environnement. C’est une pratique de la science en tant qu’action, interrogation, investigation, expérimentation, construction collective qui est visée et non pas l’apprentissage d’énoncés figés à mémoriser. Les élèves réalisent eux-mêmes des expériences, pensées par eux, et discutent pour en comprendre l’apport. On apprend par l’action, en s’impliquant ; on apprend progressivement, en se trompant ; on apprend en interagissant avec ses pairs et avec de plus experts, en exposant son point de vue, en le confrontant à d’autres points de vue et aux résultats expérimentaux pour en tester la pertinence et la validité.
  • Développer l’esprit d’entreprise et plus globalement les pédagogies par projet. Un projet entrepreneurial est un projet qui vise à produire de la nouveauté, innover, mener des actions en vue d’un bien, d’un service, d’un événement à créer qui a une valeur dans le milieu parce qu’il répond à un besoin. Il peut prendre une multitude de formes : gestion d’une communauté numérique, réalisation d’une pièce de théâtre, opération de recyclage, fabrication et vente de biscuits afin d’aider des personnes démunies, organisation d’une fête pour les personnes âgées, création et mise en marché d’un livre, etc. En développant des travaux en mode projet ou en privilégiant les contacts avec les entreprises (visites, stages, rencontre avec les professionnels), l’approche entrepreneuriale vise à permettre aux élèves, de travailler en autonomie, d’agir positivement sur leur environnement, d’explorer les domaines qui les intéressent, de vivre une expérience valorisante.

Le meilleur de deux cultures, la capacité à apprendre tout le long de la vie, les qualités d’investigation ou entrepreneuriales développées à l’école (autonomie, confiance en soi, créativité, esprit d’équipe, leadership, vision de l’avenir, sens des responsabilités, solidarité, ténacité) sont des atouts importants quel que soit, plus tard, le parcours personnel et professionnel. Utiles aux commandes d’une entreprise, de telles aptitudes sont tout aussi précieuses dans la poursuite des études, l’occupation d’un emploi salarié, la pratique d’un sport, l’implication sociale, la carrière artistique, l’action bénévole…